100 000 dollars de dédommagement pour un violon confisqué par les nazis

En Allemagne, une commission souhaite que les héritiers d’un homme dont le violon Guarneri a été confisqué par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale, soient indemnisés à hauteur de 100 000 dollars.

100 000 dollars de dédommagement pour un violon confisqué par les nazis
Violon Guarneri, © Maxppp / Dean Lewis

Leur grand-père s’appelait Felix Hildesheimer. Juif Allemand, ce dernier dirigeait depuis 1898 un commerce d’instruments à Speyer en Allemagne, et possédait un précieux violon Guarneri acheté en 1938. Un an plus tard, en 1939, ne pouvant s'échapper d’Allemagne, Felix Hildesheimer se suicide. Les biens de sa famille sont alors totalement confisqués par les nazis. En 1974, le violon refait surface suite à son acquisition par la violoniste Sophie Hagemann, qui lègue l’instrument avant sa mort à la Fondation Franz Hofmann et Sophie Hagemann située à l’Université de musique de Nuremberg.

Le violon, aujourd’hui utilisé par les étudiants de l’Université, a depuis été réclamé par les héritiers de Felix Hildesheimer. Une commission consultative qui s’occupe des biens confisqués par les nazis a tenté de retracer l’histoire de l’instrument et de sa confiscation. Les conditions de son vol n’ont pu être entièrement élucidées, mais le dommage a été reconnu. La valeur de l’instrument, fabriqué à Crémone en 1706, est estimée à 158 000 euros. A titre de compensation, la Commission recommande aujourd’hui à la Fondation de dédommager les héritiers à hauteur de 100 000 dollars, et autorise en contrepartie l'institution à garder l’instrument. Cet avis n'est pas contraignant, mais devrait être suivi par la Fondation, qui s’engage également à honorer la mémoire de la famille Hildesheimer.