Jacques Offenbach bio

Jacques Offenbach

Compositeur et violoncelliste allemand naturalisé français (Cologne 1819 – Paris 1880)

Jacques Offenbach est un compositeur français du XIXème siècle ; il est également violoncelliste. Il s’impose comme le créateur de l’opéra-bouffe français.

Offenbach est né en Allemagne d’un père musicien, cantor d’une synagogue, qui adopte le nom de sa ville d’origine, Offenbach-am-Main, en vertu d’un décret napoléonien. Très tôt, Jacob Offenbach se montre particulièrement doué pour le violoncelle, ce qui décide son père à l’envoyer étudier à Paris. Offenbach entre au Conservatoire en vue de devenir soliste, mais son comportement dissipé l’en fait exclure au bout d’un an. Grâce à son talent, il se produit tout de même en concert – non sans avoir francisé son prénom – puis intègre l’orchestre de l’Opéra-Comique dans lequel il joue en parallèle de sa propre carrière.

Il se fait connaître grâce à des mélodies légères, et devient directeur musical de la Comédie française en 1847. Huit ans plus tard, il décide d’ouvrir son théâtre afin d’y produire ses œuvres : la salle des Bouffes-Parisiens, inaugurée en 1855. C’est là qu’est créé avec succès le premier opéra-bouffe d’Offenbach, Orphée aux Enfers (1858). Ses opéras suivants (La Grande-Duchesse de Gérolstein, La Vie parisienne, Les Brigands) sont tout aussi bien accueillis. Attentif au goût du public, Offenbach se tourne ensuite vers l’opéra-bouffe-féérie (Le Roi Carotte) puis vers l’opéra patriotique (La Fille du Tambour-Major).

Offenbach meurt quelques mois avant la première de l’opéra qui lui apportera la reconnaissance à laquelle il aspirait tant, Les Contes d’Hoffmann – l’un des opéras français les plus joués de nos jours.

Offenbach en six dates

• 1835 : Offenbach quitte le Conservatoire, puis l’orchestre de l’Opéra-Comique
• 1847 : directeur musical de la Comédie Française
• 1855 : création du théâtre des Bouffes-Parisiens par Offenbach
• 1860 : obtention de la nationalité française
• 1873 : directeur du théâtre de la Gaîté
• 1876 : tournée aux Etats-Unis

Offenbach en six œuvres

• 1858 : Orphée aux Enfers, opéra-bouffe en 2 actes et 4 tableaux (version de 1874 en 4 actes et 12 tableaux)
• 1864 : La Belle-Hélène, opéra-bouffe en 3 actes
• 1866 : La Vie parisienne, opéra-bouffe en 5 actes (version de 1873 en 4 actes)
• 1867 : La Grande-duchesse de Gérolstein, opéra-bouffe en 3 actes et 4 tableaux
• 1868 : La Périchole, opéra-bouffe en 3 actes et 4 tableaux (version de 1874 ; initialement en 2 actes)
• 1881 (posthume) : Les Contes d’Hoffmann, opéra fantastique en 5 actes

  • Klassiko Dingo 30/04/2016
    Klassiko Dingo

    L'histoire de la "Barcarolle" de Jacques Offenbach. Anne Charlotte Rémond est l'invité de question/réponse.

    le samedi 30 avril 2016

    L'histoire de la "Barcarolle" ce morceau si célèbre extrait d’un opéra d’Offenbach intitulé : Les Contes d’Hoffman. Anne-Charlotte Rémond répondra aux questions sur Offenbach et à gagner un livre disque intitulé « Les plus belles chansons enfantines françaises » paru chez Santec Musi.

  • Portrait de Jacques Offenbach par Félix Nard 603 380
    Musicopolis

    Jacques Offenbach à Paris en 1866 #5

    le vendredi 29 avril 2016

    Le 31 octobre 1866, Offenbach présente son dernier opus : "La vie parisienne" sur la scène du Théâtre du Palais-Royal. Musicopolis s'intéresse aujourd'hui à l'année 1866 dans la vie de Jacques Offenbach, riche de nombreux autres opéras notamment les Bergers et surtout Barbe-Bleue.

  • Portrait de Jacques Offenbach par Félix Nard 603 380
    Musicopolis

    Jacques Offenbach à Paris en 1866 #4

    le jeudi 28 avril 2016

    Le 31 octobre 1866, Offenbach présente son dernier opus : "La vie parisienne" sur la scène du Théâtre du Palais-Royal. Musicopolis brosse aujourd'hui le portrait de la production opératique à Paris à la même époque. Il y en a pour tous les goûts !

  • Portrait de Jacques Offenbach par Félix Nard 603 380
    Musicopolis

    Jacques Offenbach à Paris en 1866 #3

    le mercredi 27 avril 2016

    Le 31 octobre 1866, Offenbach présente son dernier opus : "La vie parisienne" sur la scène du Théâtre du Palais-Royal. A l'époque, Paris est en chantier, on la perce, on la modifie, on l'embellie, on l'aère. Ces travaux ont une incidence sur les salles parisiennes, qui sont, pour certaines totalement détruites. Cela n'empêche pas la vie musicale de prospérer et de connaître de nouveaux talents, parmi lesquels Fauré, Saint-Saëns ou encore Gounod. A côté d'eux, les chanteurs de goguettes connaissent aussi de francs succès.

article le + consulté

Satie
Actu musicale
10 (petites) choses que vous ne savez (peut-être) pas sur Erik Satie