Gioacchino Rossini, portrait pour bio

Gioacchino Rossini

compositeur italien (Pesaro, 1792 – Paris, 1868)

Gioachino Rossini a profondément marqué l’histoire de l’opéra du XIXe siècle en menant à son apogée le bel canto à l'italienne : il pare l’opéra-bouffe d’airs énergiques et brillants dotés d’un naturel nouveau, et développe et innove l'écriture orchestrale en préparant ainsi l'éclosion du romantisme.

Doté d'un talent musical précoce, Gioacchino Rossini est élevé dans une famille de mélomanes; il apprend la musique notamment en lisant les partitions de Mozart ou Haydn. Il fait ses études au prestigieux Liceo Musicale de Bologne, alors qu’il possède déjà un très bon niveau en cor et en chant. Il y apprend le violoncelle, le piano, l'alto le contrepoint, et acquiert une grande maîtrise de l’instrumentation, de l’orchestration et de la structuration harmonique en travaillant très jeune déjà comme répetiteur au théâtre. Trois des opéras de Rossini sont créés avant son vingtième anniversaire, dont La Cambiale di Matrimonio. Demetrio e Polibio, écrit en 1810, correspond à sa première mise en scène d’opéra en 1812 ; représenté la même année, La Pietra del Paragone remporte un immense succès à la Scala de Milan. A la suite de ces opéras-bouffes, il s’attelle à l’opera seria avec la création de Tancrede (1816) ; il fait évoluer le genre dans Otello (1816) et Semiramide (1823), en réussissant la parfaite synthèse des trois genres. Son chef-d’œuvre est Le Barbier de Séville, tout de suite reconnu comme tel lors de sa création en 1816. Rossini impose aussi un genre intermédiaire (déjà exploité par Mozart), l’opera semi-seria, auquel se rattachent La Cenerentola ou La Pie voleuse (1817).

Après un séjour très réussi à Paris ( où il reviendra à la fin de sa vie) et la création de Guillaume Tell en 1829, Rossini arrête de composer pour la scène. Il se consacre alors à la musique religieuse, genre qui met tout aussi bien en valeur ses qualités musicales : le Stabat Mater (1841) et la Petite messe solennelle (1864) soulignent par leur clarté et leur profondeur d’écriture le talent du compositeur.

Rossini en six dates :

1806 : Liceo Musicale de Bologne ; Rossini étudie Haydn et Mozart, et compose son premier opéra, Demetrio e Polibio (représenté seulement en 1812).
1810 : début de la carrière de Rossini en tant que compositeur lyrique ; création de La Cambiale di matrimonio au Teatro San Moisè de Venise (commande).
1824 : déçu par Londres, Rossini se rend à Paris où il crée l’année suivante Le voyage à Reims à l’occasion du sacre de Charles X.
1826 : pour le public français, adaptation de Maometto II en Siège de Corinthe.
1828 : culte rossinien à son apogée ; Rossini vu comme « le plus grand compositeur du monde » par la presse et le public à la suite de la création du Comte Ory.
1841 : dans la période de sa « retraite », composition du Stabat mater (musique sacrée), réservé à l’entourage proche du compositeur.

Rossini en six œuvres :

1813 : L’italienne à Alger, opéra-comique en 2 actes sur un livret d’Angelo Anelli ; créé à Venise.
• Février 1816 : Le Barbier de Séville, opéra-bouffe en 2 actes sur un livret de Cesare Sterbini, d’après la comédie éponyme de Beaumarchais ; créé à Paris.
• Décembre 1816 : Otello, opéra (opera seria) en 3 actes Francesco Berio di Salsa d’après la pièce de Shakespeare ; créé à Naples.
1817 : La Cenerentola, opéra en 2 actes (« dramma giocoso ») sur un livret de Jacopo Ferretti, d’après le conte Cendrillon de Charles Perrault ; créé à Rome.
1829 : Guillaume Tell, opéra en 4 actes sur un livret d’Etienne de Jouy et Hippolyte Bis d’après Friedrich von Schiller ; créé à Paris. Dernière œuvre lyrique de Rossini.
1864 : Petite messe solennelle, pour 4 solistes, chœur mixte, 2 pianos et un harmonium ; créée à Paris.

  • Friedrich von Schiller  Auteur Jos. Koehler Library of Congress via Wikimedia Commons.jpg
    Arabesques

    Friedrich von Schiller - Emission 5/5

    le vendredi 30 septembre 2016

    Comme son contemporain et ami Goethe, il n’était pas un grand mélomane, mais Friedrich von Schiller a inspiré de très nombreux compositeurs dans toute l’Europe. De Schubert qui lui consacre des dizaines de lieder à Verdi qui s’en nourrit pour des opéras comme "Luisa Miller", "I Masnadieri" ou "Don Carlos", en passant par Tchaikovsky et "La Pucelle d’Orléans", Vincent d’Indy et "Wallenstein", Brahms et Nänie, le nom de Schiller deviendra universel grâce au "Guillaume Tell" de Rossini et surtout grâce à la "Neuvième Symphonie" de Beethoven. "Freude, schöner Götterfunken: Tochter aus Elysium !"

  • INTRADA
    France Musique la Nuit... Aubade

    …et une Intrada pour la fin

    le lundi 29 août 2016

    Proposé par Robert Rudolf [Rediffusion]

  • Jodie Devos & Caroline Meng_603x380
    le concert du soir

    Festival Palazzetto Bru Zane à Paris 2016 : Airs et duos le 04 juin 2016

    le dimanche 21 août 2016

    Accompagnées par le Quatuor Giardini, la soprano Jodie Devos et la la mezzo-soprano Caroline Meng interprètent des Airs et duos de Massenet, Offenbach, Isouard, Silver, Viardot, Chausson, Rossini...

  • Comedian Harmonists
    France Musique la Nuit... Aubade

    Auf Wiedersehen, my Dear

    le dimanche 26 juin 2016

    ... À dieu, dieu et demi. Par Benjamin Hertz

article le + consulté

L'éducation musicale en Finlande
Actu musicale
L'éducation musicale en Finlande : la recette miracle de l'excellence