Franz Schubert

compositeur autrichien (Vienne, 1797 - Vienne, 1828)

Schubert est un compositeur à la charnière entre le classicisme et le romantisme, et n'a pas eu dans son sillon d'héritiers directs parmi les premiers romantiques. Auteur d’un opus extrêmement riche en nombre d’œuvres et en variété de formes, il est notamment considéré comme le fondateur du lied.

Initié par son père au violon,  et son frère Ignace au piano, Franz Schubert  fait son apprentissage musical (chant, alto, orgue, contrepoint, harmonie) avec Michael Holzer, organiste de la paroisse de Lichtental. Devenu chanteur à la Chapelle Royale de Vienne, il reçoit les leçons de Salieri (1809-1813) au Stadtkonvikt (collège municipal) où il est engagé comme  violoniste dans l'orchestre, ce qui lui permet de connaître des œuvres de Mozart, de Haydn et de Beethoven. Durant quelques années il exerce les fonctions de maître auxiliaire dans l'école que dirigeait son père, mais ayant pris conscience de son don exceptionnel pour la musique, il décide de se consacrer entièrement à la composition.

Si l'ombre de Beethoven habite la musique instrumentale ou symphonique de Schubert, dans le lied il s'impose tout de suite avec son empreinte unique. Même si le lied revient à la mode avec le romantisme allemand (Mozart, Haydn et notamment Beethoven avec le cycle À la bien-aimée lointaine de 1816), Schubert est incontestablement le père du lied romantique allemand, et cela depuis son premier chef d'œuvre du genre qui est Marguerite au rouet D118 de 1814, sur un texte de l'Olympien. Dans la première période, où il compose la moitié de ses 600 lieder, son poète de prédilection est Goethe ; par la suite Schubert s'ouvre de plus en plus à d'autres poètes, Rückert, Shakespeare, Wilhelm Müller.
Dans les années 1820 à Vienne, Schubert est admiré uniquement par une élite des connaisseurs. Ses lieder et ses pièces de piano sont exécutés uniquement dans le cadre des soirées musicales privées appelées Schubertiades, et son unique concert public à Vienne a lieu quelques mois seulement avant sa mort. Une grande partie de l'œuvre de Schubert ne fut découverte, éditée et créée au titre posthume.  

Franz Schubert en 6 dates :

1808 : Admis à la chapelle de la cour impériale pour sa jolie voix et son habileté à déchiffrer.
1813 : Il s’échappe de l’institution religieuse qui l’a formé, par envie de composer.
1816 : Il s’installe chez son ami, le poète Schober.
1818 : Il quitte l’école de son père et travaille comme précepteur musical de la famille du comte Esterhazy durant l’été.
1828 : 1er concert public à Vienne composé exclusivement de ses œuvres.
1865 : création au titre posthume de la Symphonie n° 8, « L'inachevée ».

Franz Schubert en 6 œuvres :

1814 : Gretchen am Spinnrade (Marguerite au rouet), 1er grand cycle de l’histoire du lied
1822 : Symphonie en si mineur « L'inachevée »
1823 : Die schöne Müllerin (La belle meunière), cycle de lieder, composé en partie à l’hôpital
1827 : Winterreise (le Voyage d’hiver), cycle de lieder
1828Quintette pour piano et cordes « La Truite », D. 667
1828 : Messe en Mi bémol majeur

  • France Musique la Nuit... Nocturne

    Le Concerto pour violoncelle de Haydn par Yo Yo-Ma...

    le dimanche 9 novembre 2014

    ...mais aussi des petits bijoux joués par Murray Perahia, Darius Milhaud, Arthur Rubinstein, Jean-Marc Luisada et Alfred Brendel. Par Robert Rudolf

  • Jean-Frédéric Neuburger et le Quatuor Modigliani © Alvaro Yanez
    Le concert de l'après-midi

    Jean-Frédéric Neuburger et le Quatuor Modigliani jouent Vierne

    le jeudi 6 novembre 2014

    Le pianiste Jean-Frédéric Neuburger s'entoure du Quatuor à cordes Modigliani pour interpréter le Quintette pour piano et cordes op. 42 de Louis Vierne.

  • Antonio Bazzini (1818-1897)
    France Musique la nuit... L'heure bleue

    La Ronde des Lutins

    le vendredi 24 octobre 2014

    Un titre emprunté au scherzo fantastique d'Antonio Bazzini pour évoquer une petite communauté nocturne dont les membres sont J.S. Bach, Vivaldi, D. Scarlatti, Schubert, Weber, Bruch et Bazzini lui-même... Par Olivier Le Borgne

  • Philippe Jordan
    Le concert de l'après-midi

    Philippe Jordan interprète Bruckner et Schubert, avec l'Orchestre de l'Opéra de Paris

    le jeudi 9 octobre 2014

    Dans ce concert à diffusion unique, Philippe Jordan vous propose son interprétation de la symphonie n°2 de Bruckner et n°9 de Schubert avec l'Orchestre de l'Opéra de Paris.