Antonín Dvořák

Compositeur tchèque (Nelahozeves, 1841- Prague, 1904)

Antonín Dvořák est un compositeur tchèque romantique du XIXe siècle. Compositeur prolixe, simple et patriotique, héritier du romantisme musical allemand, Antonín Dvořák introduit dans son langage musical des éléments du folklore de Bohème ou de Moravie, évoquant ainsi la nature et la culture tchèque et slave.

Fils du boucher-aubergiste d’un village, Antonín Dvořák apprend le violon, puis étudie à l’école d’orgue de Prague. Pendant les 10 ans où il occupe le poste d’alto solo à l’orchestre du Théâtre de Prague, il découvre le répertoire lyrique et symphonique européen, sous la baguette de chefs d’orchestre prestigieux tels Richard Wagner, Hans von Bülow, Franz Liszt ou encore Bedřich Smetana.
Grâce à son amitié avec Johannes Brahms, Leoš Janáček et Hans von Bülow, ses œuvres sont diffusées en Europe et il s’impose rapidement comme Le compositeur tchèque. Antonín Dvořák voyage beaucoup, en particulier en Angleterre, puis aux Etats-Unis où il dirige le Conservatoire national de New York pendant 4 ans.
Après les décès de son père et de son ami Piotr Tchaïkovski, la nostalgie de son pays le fait revenir dans sa Bohème natale, où il se consacre dans ses dernières années au poème symphonique et à l’opéra. Il meurt le 1er mai 1904.

L’œuvre de Dvořák, au caractère parfois  nostalgique mais finalement optimiste, est considérable dans tous les genres. Il a su donner ses lettres de noblesse à la musique populaire slave en l’introduisant dans les grandes formes classiques (symphonies, concertos, quatuors etc…) sans en détruire l’essence. Antonín Dvořák a su découvrir l’essence d’un art national dont la musique est restée un des meilleurs symboles, et qui permettra à ses héritiers Josef Suk, Leoš Janáček ou Bohuslav Martinů, d’atteindre une originalité profonde.

Dvorak en cinq dates :

1857 : étudiant à l’école d’orgue de Prague.
1862 : nommé alto solo de l’orchestre du Théâtre de Prague.
1873 : Dvorak rencontre à Vienne Johannes Brahms qui devient son ami.
1879 : 1er de neuf voyages en Angleterre.
1892 : départ aux Etats-Unis. Pendant son séjour, fait prendre conscience aux Américains d’un certain patrimoine musical (chants amérindiens et noirs)

Dvorak en cinq œuvres :

1876 : composition des Danses slaves, qui contribuent à sa renommée.
1880 : Stabat Mater, création à Prague.
1893 : Symphonie du Nouveau Monde, création à New York.
1896 : Concerto pour violoncelle, création à Londres.
1904 : Rusalka, avant-dernier opéra de Dvořák, création le 25 mars à Prague.

  • France Musique la Nuit... Aubade

    Concerto pour orchestre de Kodály par Tortellier...

    le dimanche 30 novembre 2014

    ...mais aussi les pièces de Dvořák, Liszt, Ravel, Haydn et Mozart. Par Robert Rudolf

  • France Musique la Nuit... Nocturne

    The Hungarian connection...

    le mardi 25 novembre 2014

    ...mais aussi des oeuvres de Rossini, Boccherini, Koechlin, Martinů et Dvořák. Par Robert Rudolf

  • Vaclav Neumann
    France Musique la Nuit... Nocturne

    Envolée slave

    le dimanche 23 novembre 2014

    En compagnie de Frédéric Chopin, Mikhail Glinka et de la 8e Symphonie d'Antonín Dvořák dirigée par Vaclav Neumann. Par Benjamin Hertz

  • Frédéric Chopin (1810-1849) / Gustav Mahler (1860-1911)
    France Musique la Nuit... Aubade

    Ruptures et moulins à vent

    le samedi 15 novembre 2014

    Les ruptures sentimentales ont souvent donné lieu à des chefs-d'oeuvre, comme ici les "Chants d'un compagnon errant" de Mahler ou la "Polonaise-fantaisie" de Chopin. L'errance qui est un des thèmes de l'oeuvre de Mahler se retrouve dans le "Don Quichotte" de Strauss. Par Olivier Le Borgne