"La Damnation de Faust" sous la direction de Philippe Jordan, avec Jonas Kaufmann, Sophie Koch...

le samedi 2 janvier 2016
Jonas Kaufmann (en répétition de "La Damnation de Faust"),
Jonas Kaufmann (en répétition de "La Damnation de Faust"), Le danseur Dominique Mercy joue le rôle de Stephen Hawking, double de Faust, et Sophie Koch en Marguerite. (© Opéra national de Paris)

Rendez-vous à l'Opéra Bastille pour une "damnation de Faust" qui fait beaucoup parler d'elle ! A commencer par une production de rêve : Jonas Kaufmann, Sophie Koch, Bryn Terfel... Et l'Orchestre de l'Opéra national de Paris sous la direction de Philippe Jordan ! ATTENTION : Pour des raisons contractuelles, ce concert ne sera pas proposé à la réécoute.

"La Damnation de Faust" d'Hector Berlioz (1803 - 1869) est une légende dramatique en quatre parties composée d'après un livret du compositeur et d'Almire Gandonnière

"Qui donc es-tu, toi dont l’ardent regard pénètre ainsi que l’éclat d’un poignard, et qui, comme la flamme, brûle et dévore l’âme ?"
- La Damnation de Faust, Partie II, scène 5

______________________________________________________________

# Intervenants 
Cette soirée à l'opéra débutera par un entretien avec le chef d'orchetsre Philippe Jordan. Pendant l'entracte, Judith Chaine sera en compagnie de Jonas Kaufmann et Sophie Koch puis Bryn Terfel et Edwin Crossley-Mercer et enfin ... . 

# Distribution
Direction musicale - Philippe Jordan
Mise en scène - Alvis Hermanis

Marguerite - Sophie Koch
Faust - Jonas Kaufmann (5 > 20 déc.) 
Méphistophélès - Bryn Terfel
Brander - Edwin Crossley-Mercer
Voix céleste - Sophie Claisse

Décors - Alvis Hermanis
Costumes - Christine Neumeister
Lumières - Gleb Filshtinsky 
Vidéo - Katrina Neiburga
Chorégraphie - Alla Sigalova
Dramaturgie - Christian Longchamp
Chef des Choeurs - José Luis Basso

# Argument 
Première partie
Au printemps, à l’aube, dans les plaines de Hongrie, tandis que le vieux philosophe Faust contemple seul l’éveil de la nature,  le chant des paysans célèbre les plaisirs de l’amour. Au loin retentissent bientôt les éclats d’une marche guerrière entonnée par l’armée hongroise qui se prépare au combat. Faust reste indifférent, « loin de la lutte humaine et loin des multitudes ».

Deuxième partie
Au nord de l’Allemagne, Faust dans son cabinet de travail porte une coupe de poison à ses lèvres, décidé à en finir avec une existence devenue trop douloureuse, quand retentit dans l’église voisine un cantique de Pâques qui le sauve du désespoir en lui rendant la foi de son enfance. C’est alors qu’apparaît  le cynique Méphistophélès venu lui promettre : « tout ce que peut rêver le plus ardent désir ». Il transporte Faust dans un cabaret à Leipzig au milieu d’une assemblée bruyante et vulgaire. Puis, voyant que Faust est dégoûté par tant de trivialité, il l’entraîne sur les bords de l’Elbe où il le berce d’un rêve enchanteur dans lequel apparaît l’image parfaite de l’amour, Marguerite. A son réveil, Faust veut aller retrouver la jeune fille et Méphistophélès lui suggère de se mêler à une bande de soldats, puis d’étudiants qui se dirigent vers la ville.

Troisième partie
C’est le soir. Faust, dissimulé dans la chambre de Marguerite, observe avec émerveillement la jeune fille qui tresse ses cheveux en chantant la vieille ballade du roi de Thulé. Méphistophélès, devant la maison, ordonne à son armée de feux follets d’ensorceler Marguerite. Dès le premier regard, Faust et Marguerite, se reconnaissent et se jurent une foi mutuelle. Mais Méphistophélès les interrompt brutalement pour conseiller à Faust de fuir car les voisins réveillés par les démonstrations des deux amants, ont alerté crûment la mère de la jeune fille qui va les surprendre.

Quatrième partie
Dans sa chambre, Marguerite, seule à son rouet, s’abandonne au chagrin. En dépit de sa promesse, Faust n’est pas revenu et elle l’attend, accablée par le sentiment d’avoir été oubliée. Loin d’elle, il se laisse exalter par son désir de ne faire qu’un avec la nature qui lui apparaît comme l’unique consolation face à son «  ennui sans fin ».Méphistophélès le rejoint et lui annonce la condamnation à mort de Marguerite accusée d’avoir empoisonné sa mère avec une « certaine liqueur brune » que Faust lui-même lui avait conseillé d’utiliser pour l’endormir et faciliter ainsi leurs futures rencontres nocturnes.
Pour sauver Marguerite, Méphistophélès exige que Faust signe un pacte qui l’engage à le servir dans l’autre monde et il l’entraîne en enfer au terme d’une terrible course à l’abîme. Marguerite est sauvée et le chœur des esprits célestes accueille cette « âme naïve que l’amour égara ».

# Podcast


# Photothèque

Bryan Hymel, Sophie Koch, Edwin Crossley-Mercer
Répétition de "La Damnation de Faust" d'Hector Berlioz avec Bryan Hymel, Sophie Koch, Edwin Crossley-Mercer ©Élena Bauer

De gauche à droite, Bryn Terfel (Méphistophélès), le danseur Dominique Mercy, Sophie Koch (Marguerite) et Jonas Kaufmann (Faust). © Opéra national de Paris
De gauche à droite, Bryn Terfel (Méphistophélès), le danseur Dominique Mercy, Sophie Koch (Marguerite) et Jonas Kaufmann (Faust). © Opéra national de Paris

"La Damnation de Faust" d'Hector Berlioz_mea603x380
"La Damnation de Faust" d'Hector Berlioz ©DR

# Programmation musicale 

Gluck-Planté : Gavotte 
Francis Planté, piano 
​-----------------------------------------
Hector Berlioz : Scènes de Faust, Op. 1 : Chants de la fête de la pâques 
Choeur de l'Orchestre symphonique de Montréal 
Orchestre symphonique de Montréal
dirigé par Charles Dutoit 
​----------------------------------------- 
Franz Liszt : Mephisto-Valse n°1
Vladimir Ashkenazy, piano 
​-----------------------------------------
Hector Berlioz : La Damnation de Faust, Scène 2 : Invocation à la Nature "Nature immense"
Marguerite, Mona Laurena, Méphisto, Paul Cabanel, Faust, Georges Jouatte, Brander, le Récitant, André Pactat  
Choeurs
: Emile Passini
Grand Orchestre de Radio-Paris et fanfares dirigés par Jean Fournet 
​-----------------------------------------
♫ Henri Wieniawski : Fantaisir brillante sur "FAUST", Op. 20
Jane Peters, violon, Marcelle Dedieu-Vidal, piano 
​-----------------------------------------
Franz Liszt : Mephisto-Valse n°3
Kit Amstrong, piano
​-----------------------------------------
♫ Hector Berlioz : Les Nuits d'été 
Régine Crespin,
soprano
Orchestre de la Suisse romande
dirigé par Ernest Ansermet

# Vidéothèque 


► Diffusion de la Damnation de Faust sur Culturebox, lundi 21 décembre  :

Faust, une légende allemande - film muet allemand réalisé par Friedrich Wilhelm Murnau (1926) 

► « La Damnation de Faust » vue par Sophie Koch pour le Cercle Berlioz 

► « La Damnation de Faust » vue par Alvis Hermanis pour le Cercle Berlioz 

# Bibliographie 
- Avant-scène opéra n° 022, "La Damnation de Faust" d'Hector Berlioz 
- "Hector Berlioz" de David Cairns (éditions : Fayard
- "Berlioz, compositeur romantique" d'Alban Ramaut (éditions : Actes Sud
- "Mémoires" d'Hector Berlioz (éditions : Symétrie

# Pour aller plus loin 
Qui est le Faust du XXIe siècle ? 
Article de Simon Hatab pour "3ème Scène", Le Magazine de l'Opéra de Paris 
Le mythe de Faust dans la Musique Romantique par Yves Guichard (musicologue) 
- Dossier pédagogique réalisé par Laure Bergougnan 
- "L'Atelier du Dr Faust" (Ateljeinteriör), film réalisé par Peter Weiss (1956) 
- "Faust", film réalisé par Enrico Guazzoni (1910) 

article le + consulté

L'éducation musicale en Finlande
Actu musicale
L'éducation musicale en Finlande : la recette miracle de l'excellence