Mogees, un curieux instrument de musique "Made in Ircam"

le 11 Juin 2014, mis à jour le 18 Juin 2014 à 10:34
@ Ircam
@ Ircam

A l'occasion de la 5e édition de Futur en Seine, le festival mondial du numérique, qui a lieu à Paris et en Île-de-France du 12 au 22 juin 2104. L'Ircam, l'Institut de Recherche et de Coordination Acoustique et Musique, nous propose de découvrir des nouveautés qui feront de nous des musiciens et des virutoses, sans pratiquer le moindre instrument.

Interactive Music Battles, le premier jeu interactif, basé sur des objets connectés, permet à ses utilisateurs de faire de la  musique de manière intuitive grâce à un capteur de mouvement, et de partager ses batailles musicales sur les réseaux sociaux. Le deuxième dispositif appelé Mogees, qui une fois connecté à un Smartphone, transforme n’importe quelle surface, arbre, table, abribus, ballon, en instrument de musique à reconnaissance gestuelle.

Ces dispositifs issus des recherches de l’Ircam, offrent la possibilité aux utilisateurs d’explorer l’univers de création musicale et d’en interroger les perspectives.

Entretien avec Hugues Vinet, directeur scientifique de l’Ircam

Mogees transforme n’importe quelle surface en instrument de musique, comment va-t-il aussi transformer notre rapport à la musique ?
L’évolution de la pratique musicale va-t-elle passer par de nouvelles applications du type Mogees ?

La synthèse numérique, les nouvelles interfaces gestuelles démultiplient les possibilités d'expression musicale, en complément et non en opposition aux instruments traditionnels. C'est la pratique quotidienne de la création à l'Ircam, selon des approches artistiques très diverses. J'y vois un changement potentiellement important tant dans l'éveil et la pédagogie musicales que dans la création et ses modes de diffusion. De tels dispositifs contribuent aussi à diversifier les cadres des pratiques, dans la rue et l'univers quotidien, au-delà du rituel du concert en salle et en créant une continuité entre instrument et installation.

Ces systèmes intéressent-ils les musiciens professionnels, quels sont leurs limitations ?
Les possibilités sonores sont infinies, mais leurs modalités de contrôle expressif plus limitées qu'avec les instruments acoustiques, quoiqu'à certains égards beaucoup plus riches que ne le permettent les synthétiseurs électroniques commandés par clavier. Comme toute technique, elle peut être mise au service d'une approche esthétique exigeante qui en intègre les contraintes. Dans le champ des musiques actuelles, il y a aussi d'ores et déjà plusieurs groupes et artistes connus qui sont intéressés à concevoir et diffuser des chansons interprétables avec le dispositif. Ainsi, lors de sa présentation publique hier (jeudi 12) à la Gaîté Lyrique, Jean-Michel Jarre a manifesté son intérêt pour Mogees.

Les rencontres du grand public avec les chercheurs de l’Ircam sont importantes , pourquoi ?
Au-delà des concerts que nous organisons, ce sont les rares occasions données au public pour accéder à ce lieu auréolé - à tort ! -  de mystère, découvrir nos recherches, assister à des conférences et performances, dialoguer avec les chercheurs et être confronté à des expériences sensorielles et musicales variées autour des dernières avancées technologiques.

Quels sont vos rapports avec l’industrie musicale, pour quels types collaborations ?
Nous avons beaucoup de collaborations, sous forme de licences de nos technologies, avec les éditeurs de logiciels pour la production et la lutherie musicale, principalement en Europe et en Amérique du Nord. Le logiciel Max, édité par la société californienne Cycling'74 sous licence Ircam et vendu à plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires, est une référence mondiale pour l'interaction musicale et multimédia. Nos collections logicielles IrcaMax et Ircam Tools, développées en collaboration avec les sociétés Ableton et Flux::, s'adressent respectivement aux musiciens électroniques et à la production audiovisuelle. Nos technologies d'indexation musicale sont destinées à enrichir les moteurs de recherche et de recommandation pour l'accès à la musique en ligne.

L’interaction sous toutes ses formes est la promesse d’un renouveau du spectacle vivant, réclamé par les spectateurs qui ne veulent plus être passifs ?
Cette dimension constitue l'un de nos axes de recherches actuels, notamment par le développement de dispositifs d'interaction musicale multi-utilisateurs par l'intermédiaire de dispositifs mobiles (smartphones, tablettes), que vous pourrez découvrir au Centre Pompidou à l'Atelier 13-16 à l'occasion de nos portes ouvertes samedi 14 juin.

Propos recueillis par Anne Valenti.

Bien d’autres innovations sont à découvrir lors de cette 5e édition de Futur en Seine, qui nous offre l'occasion de ne plus subir les technologies, mais bien de les appréhender et de la manière la plus simple possible. 

Mogees, un curieux instrument de musique