L’immense pianiste Aldo Ciccolini s’est éteint

le 01 Février 2015
 Aldo Ciccolini au piano © Guillaume Decalf / France Musique
Aldo Ciccolini au piano © Guillaume Decalf / France Musique

Aldo Ciccolini est mort dimanche 1er février à l’âge de 89 ans. Elève de Marguerite Long et d’Alfred Cortot, il laisse derrière lui une carrière particulièrement riche, ponctuée par plus d’une centaine d’enregistrements.

« Je ne pars jamais en vacances. Partir à l’autre bout de la planète pour y trouver un piano qui ne me plaira pas, je préfère rester chez moi » confiait Aldo Ciccolini à Philippe Cassard lors de l’anniversaire des Notes du traducteur, le 20 novembre dernier. La voix faiblissait, mais Aldo Ciccolini n’avait aucune difficulté à se mettre au piano pour interpréter la sonate de Grieg… Aldo Ciccolini, dont la vie entière fut consacrée au piano, s’est éteint dimanche 1er février 2015, à l’âge de 89 ans.

France Musique lui rend hommage toute la journée du lundi 2 février : programme détaillé

Né à Naples en 1925, Aldo Ciccolini quitte l’Italie en 1949, lorsque sa mère l’inscrit au concours Long-Thibaud, qu’il remporte ex-aequo avec Ventsislav Yankoff. Elève de Paolo Denza à Naples, puis de Marguerite Long et d’Alfred Cortot, à Paris, Aldo Ciccolini fit ses débuts au Théâtre San Carlo de Naples en 1941. En 1955, il donne son premier concert à la Scala de Milan sous la direction de Lorin Maazel, qui entrait lui aussi pour la première fois dans la célèbre maison milanaise. 

Aldo Ciccolini acquiert la nationalité française en 1971, et enseigne au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris jusqu’en 1981. Citons, parmi ses élèves, Yves Thibaudet, Marie-Joseph Jude, ou encore Nicholas Angelich. Défenseur de la musique française pour piano, le récent coffret discographique de l’intégralité de ses enregistrements pour le seul label EMI compte 66 disques… Son plus récent enregistrement, pour la Dolce Volta, date de 2013.

«  Tous les jours, je travaille, et parfois même la nuit.  J’ai la chance énorme, horrible, d’être insomniaque, pour moi le sommeil est une vue de l’esprit. J’attends le sommeil éternel et, profitant de l’instant, je préfère travailler » disait Aldo Ciccolini dans cet émouvant entretien avec Philippe Cassard…

Egalement à la réécoute : Les Greniers de la mémoire : concert d'archives d'Aldo Ciccolini, diffusé le 7 juillet 2013. 
 

article le + consulté

British Airways
Actu musicale
Un violoncelle interdit de vol parce qu’il voyageait “sans visa”