Buffet Crampon : clarinettes d'exception made in France

le 10 Septembre 2013, mis à jour le 17 Septembre 2013 à 16:19

Nul besoin de se rendre à l’étranger pour rencontrer le leader mondial de fabrication de clarinettes. Les ateliers de l’illustre marque Buffet Crampon sont toujours situés à Mantes-la-Ville, et ce depuis 1850. Un modèle de réussite à la française pour cette entreprise qui détient 84% du marché mondial.

Les ateliers n’ont pas beaucoup changé depuis leur création en 1850. Chez Buffet Crampon à Mantes-la-Ville, les secrets de fabrication des clarinettes sont jalousement conservés et transmis de générations en générations. Un savoir-faire unique détenu par les 280 employés du site qui permet la création de 22 000 exemplaires par an.

Evidemment, l’arrivée des machines de précision a permis de faciliter le travail de ce bois noir du Mozambique, appelé « grenadille », mais la plupart des gestes sont encore exécutés manuellement. Notamment celui qu’on appelle la « perce ». C’est l’acte qui façonne la forme de la colonne d’air à l’intérieur de l’instrument et qui donne naissance à la hauteur et au timbre de la clarinette. Les techniciens de perce sont formés pendant trois ans au sein de l’usine Buffet Crampon par les « anciens » dont Manu fait partie. Il travaille chez Buffet Crampon depuis 18 ans.


Depuis le façonnage du bois brut jusqu’à la livraison du produit fini dans son étui, ce sont plus d’une dizaine de métiers différents qui se succèdent. Parmi eux, celui d’essayeur, poste qu’occupe Eric Baret depuis une vingtaine d’années. Aucune clarinette ne doit quitter l’usine avant d’avoir été entièrement testée et ajustée au besoin.


Buffet Crampon fait également appel à des essayeurs extérieurs. Pour la plupart des musiciens d’exception comme Patrick Messina, le clarinette solo de l’Orchestre National de France. Ces ambassadeurs de prestige sont appelés pour répondre à des demandes bien précises de la part solistes, magasins de musique, etc. Ils permettent aussi à la marque d’avoir une meilleure visibilité auprès du public.


Buffet Crampon : chronologie d'un succès

Même si les ateliers d’origine sont toujours situés à Mantes-la-Ville depuis 1850, le statut économique de Buffet Crampon a lui beaucoup évolué.

  • 1866 : Buffet Crampon fabrique ses premiers saxophones, 20 ans après l'invention du belge Adolphe Sax.
  • 1918 : La marque profite de l'extension du marché américain et conforte sa place de leader dans le monde de la clarinette professionnelle.
  • 1950 : Arrivée de Robert Carrée, le talentueux acousticien, au sein de la société. Il créé le modèle R13, fleuron de la clarinette aux USA.
  • 1981 : Buffet Crampon entre dans le célèbre groupe Boosey & Hawkes de Londres.
  • 2005 : Vente de Buffet Crampon au fonds Argos.
  • 2006 : Le groupe acquiert deux célèbres marques de cuivres : Antoine Courtois Paris (créée en 1803) et Besson (créée en 1837).
  • 2008 : Acquisition de l'usine historique de fabrication de clarinettes située à la Couture Boussey dans l'Eure.
  • 2010 : Acquisition de deux usines en Allemagne pour développer de nouveaux modèles de hautbois et de clarinettes. Entrée de deux nouvelles marques : W. Schreiber (clarinettes et bassons) et Julius Keilwerth (saxophones).
  • 2012 : Reprise de Buffet Crampon par Fondations Capital. Buffet Crampon devient Buffet Group.

Sous l'impulsion d'Antoine Beaussant (pdg du groupe arrivé en 2007), le chiffre d'affaire passe de 45 millions d'euros en 2007 à plus de 80 millions d'euros en 2013. Tous ces investissements étaient inévitables pour permettre aux ateliers français de rester en France. Avec au total, plus de 80 000 instruments produits chaque année, Antoine Beaussant veut faire savoir que produire en France, ça peut marcher.


Le groupe a acquis trois nouvelles usines récemment, dont deux en Allemagne, portant à 800 le nombre d’employés dans le monde. Buffet Group est d’ores-et-déjà présent sur la quasi-totalité du marché des instruments à vent. Seule la production de flûtes n’est pas assurée mais Antoine Beaussant fait savoir que ce n’est qu’une question de temps.